Modes de conservation

Expérimentations…

A la Noë verte, il y a depuis plusieurs années de nombreuses expérimentations de conservation ! Avec du sel, du vinaigre, du sucre… Et il y a aussi un autoclave pour stériliser les produits les moins acides.
De loin, la préférence va à la fermentation, avant tout pour des questions d’économies d’énergie en eau et en gaz, mais aussi humaine ! Et bien sûr, pour tout ce que la fermentation offre de bienfaits pour la santé. Nous n’allons pas écrire ici un énième article sur les façons de faire ou les propriétés de la fermentation, d’autant que nous n’avons pas prétention à en détenir tous les secrets, mais elle est sans conteste source de bien-être.
De plus, ces méthodes de transformation sont simples et accessibles à tous !

Production !

Les fruits, fleurs et légumes transformés proviennent de cueillettes et des récoltes des surproductions des maraîcher.es de la Noë verte et de la zad.

Chaque année à l’automne, vient la saison des pommes. Après la cueillette et la presse, une partie du jus est pasteurisée pour pouvoir boire du jus toute l’année, et une autre partie est divisée et mise en barrique pour fermenter et devenir cidre d’une part, et vinaigre de l’autre.
L’hiver, les choux deviennent choucroute et les légumes racines aussi sont mis en bocaux dans du sel comme les betteraves, les navets ou les céléris rave.
Au printemps et à l’été, certaines cueillettes sont récurrentes comme le sureau transformé en sirop ou limonade, et plus tard, les mûres en confiture.
Les concombres sont mis en vinaigre à la façon des cornichons et les courgettes sont tranformées en pickles.
Au-delà de ces transformations annuelles, nous transformons aussi d’autres produits qui se présentent à nous plus ponctuellement. Dernièrement, les pétales de roses sont devenues gelées, les cassis ont été mélangés au sucre pour fermenter et devenir sirop à consommer dans un an.

Parmi les usagers de la Bocalerie : l’association les abeilles pour l’ouest. Elle a plusieurs ruchers autour de la Noë verte et récolte le miel 2 à 3 fois par an. Lors du nettoyage des ruches en péril, le propolis et la cire sont extraits. L’un devient teinture mère, et l’autre des bougies. Aujourd’hui, des pains d’épices sont produits à partir de ce délectueux trésor qu’est le miel…